Alison Goodman Eon

Alison Goodman

Née en 1966 en Australie, Alison Goodman vit à Melbourne. Elle s’est vu décerner en 1999 une bourse d’écriture par l’université de Melbourne. Titulaire d’un Master ès Arts, elle anime des ateliers d’écriture avec des étudiants. Elle avait déjà écrit deux romans encensés par la critique avant de se lancer dans l’aventure d’Eon qui lui a valu un immense succès et qui a été traduit dans plus de treize pays.

2014 Appearances

April 2014

Alison will be running the inaugural JAFA Book Club at the
Jane Austen Festival Australia
Thursday April 10th to
Sunday April 13th
University House,
Australian National University


 

 

EON et le Douzieme Dragon
et
EONA et le Collier des Dieux
Les Best Sellers du New York Times
Parution le 15 septembre

 
Eon_Gallimard
 
Eona_Gallimard
 
     
 


Au cœur d'une Chine impériale mythique, Eon s'entraîne avec d'autres jeunes garçons pour être choisi comme apprenti par l'un des douze dragons qui protègent le pays. Mais il porte un dangereux secret. Dans ce monde plein de fausses identités, d'alliances incertaines mais aussi d'amitiés loyales, Eon est en grand péril. Un récit fascinant, une aventure flamboyante, dans la tradition du Clan des Otori de Lian Hearn.

 



 


ATTENTION SPOILER! Après la mort de l’empereur, Sethon a pris le pouvoir et a fait emprisonner Lord Ido, son ancien allié. Eon, aujourd’hui Eona, est certaine que Kygo, l’empereur légitime, est toujours en vie et, avec ses amis fidèles, Ryko, Dela, Vida, elle part à sa recherche. Devenue l’oeil du Dragon Miroir, Eona porte un secret sans doute plus dangereux qu’autrefois : elle ne peut maîtriser son nouveau pouvoir. Seul Ido peut lui venir en aide. Lorsqu’ils retrouvent Kygo, celui-ci comprend aussitôt le profit que l’armée de la résistance en tirerait et décide d’aller libérer Ido. Eona sera partagée entre ces deux hommes puissants qui l’attirent et auxquels elle n’est pas certaine de pouvoir faire confiance. L’armée de Kygo rejoint bientôt celle de Sethon, prête à un combat sans merci… Eona, grâce au
livre rouge de Kinra, décrypte les mystères liés aux dragons. Bientôt, elle devra faire un choix: rendre la perle, leur pouvoir et leur liberté aux dragons, en se coupant à jamais d’eux, ou, comme le veut Ido, s’emparer de leur pouvoir en détruisant le royaume et les dragons. Lorsqu’Ido poignarde Kygo, le choix se fait encore plus difficile…

 

Commandez maintenant sur:

 

Commandez maintenant sur:

Revues

Chroniques de la rentree litteraire.com
Eon le douzième dragon d’Alison Goodman chez Gallimard Jeunesse

Eon a douze et est candidat au poste d’Œil de Dragon. Il est entraîné par un ancien Œil du Dragon et apprend à maîtriser son hua, son énergie intérieur.

Mais derrière Eon se cache en réalité Eona, une jeune fille de 16 ans, boiteuse et sans aucun souvenir de sa famille. Ce secret doit être préservé à tout prix, sous peine d’être condamné à mort.

 

Lorsque le rêve devient réalité, lorsqu’Eona devient Sire Eon et devient l’une des plus importantes personnes de la cour, le péril devient permanent. Et elle découvre alors que maîtriser un dragon n’est pas juste une question de magie, mais également un élément indispensable dans la politique du royaume.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce titre, mais quelle frustration lorsque j’ai tourné la dernière page : il y a une suite ! Un deuxième tome, suite et fin, est prévu pour 2010. En attendant, je ne peux que ronger mon frein et espérer que la publication anglaise soit pour début 2010 et non fin 2010 (le site internet de l’auteur n’apporte aucune précision).

Voici une héroïne tout à fait attachante, courageuse, qui aime la vie et qui pourtant n’est pas parfaite. Elle est boiteuse et en tant que telle est perçue comme portant malheur à ceux qui l’approchent. Mais derrière ce corps maladroit se cache un grand pouvoir, une force qui la dépasse et que personne ne peut expliquer.

Et bien sûr quand elle est choisit par le dragon ascendant (mieux que les jeux dans les cirques romains, une tension incroyablement retranscrite), tout ne devient pas rose et merveilleux. Elle passe alors du statut d’esclave à celui de seigneur. Elle doit maitriser les règles de l’étiquette, saluer un tel, donner des ordres par-ci, apprendre à contrôler son dragon, se faire des amis et comprendre la trame du complot politique se nouant dans les coulisses du palais.

Quel programme ! Et on l’a suit, on frémit, on s’inquiète, on lui crie dessus (par moment j’ai eu envie de lui mettre des claques tellement elle était à côté de la plaque), mais au final, elle n’a déçu aucune de mes attentes et s’en sort comme une pro.

Tous ces dragons, un par signe du zodiac, m’ont donné envie d’aller au nouvel an chinois à Paris pour voir défiler un long dragon rouge (et pourquoi pas relire la série manga Fruit Basket qui n’est pas sur les dragons pour sur les douze animaux du zodiac). D’ailleurs les dragons asiatiques nous changent de ce qu’on a l’habitude de voir. Ici ils sont plus proches de Falcor, le dragon blanc de L’histoire sans fin que de Norbert, l’ami d’Hagrid dans Harry Potter à l’école des sorciers.

Mais poursuivons. On retrouve le côté politique du Clan des Otori, mais en beaucoup plus captivant (et pourtant j’avais beaucoup aimé le Clan des Otori). Il y a moins de fils emmêlés dans cet intrigue et du coup on peut se concentrer sur les personnages, les liens entre eux, sans en perdre la tête et avoir besoin de prendre des notes.

On devine le Feng-shui qui a inspiré l’auteur et on a envie de se mettre au tai-chi-chuan pour maîtriser notre propre énergie vitale (enfin ça c’est peut-être que moi)

Et entre les combats au sabre et la loyauté indéfectible de certains gardes pour l’empereur, on a l’impression de se plonger dans une version fantasy des Trois Mousquetaires (la référence au chevalier Eon m’aidant à faire cette comparaison, mais encore une fois, y a peut-être que moi qui voit ça comme ça).

A noter enfin les très bonnes connaissances de l’auteur sur l’empire chinois qui inspire le royaume du roman. Il manque par contre un peu plus d’éléments pour situer ce royaume justement, en comprendre la géographie et le fonctionnement. Les informations arrivent petit à petit au fil de l’histoire. Il ne faut donc pas s’inquiéter, le flottement du début est normal. Tout vient à point à qui sait attendre, comme on dit.

Le site de l’auteur permet de découvrir les couvertures des différentes éditions. Je craque totalement pour la version australienne. Et c’est aussi le meilleur moyen de surveiller la publication de la suite.

Chronique rédigée par Tiphanya.

Quatrième de couverture :

Les douze dragons sont des êtres capables de manipuler l’énergie présente en toute chose, le Hua. Au début de chaque année, un des dragons devient ascendant pour les douze mois suivants. Il s’unit alors à un nouvel apprenti qu’il initiera à la magie du Dragon, et qui deviendra plus tard un Œil du Dragon à l’immense puissance… Le livre commence à la veille de l’extraordinaire cérémonie au cours de laquelle le dragon ascendant, le Dragon Rat, va choisir son apprenti.

La jeune Eona, 16 ans, qui veut devenir apprenti, se fait passer pour Eon car seuls les garçons peuvent accéder à ce pouvoir. Elle risque la mort si son secret est dévoilé. Elle s’est entraînée pendant quatre ans. Lors de la cérémonie, elle n’est pas choisie par le Dragon Rat mais par le Dragon Miroir, qui fait une apparition spectaculaire, la première depuis 500 ans. Et à sa grande surprise, les autres dragons saluent son dragon, faisant ainsi d’Eona la personne la plus importante après l’empereur. La voici propulsée à la cour impériale, dans un monde plein de traîtrises, et confrontée à la haine du puissant seigneur Ido, le nouvel Œil du Dragon Rat.

http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/2009/08/romans-etrangers/eon-le-douzieme-dragon-dalison-goodman

Mon coin lecture
Eon et le douzième dragon - Alison Goodman

Voici donc un livre pour lequel je suis très enthousiaste!! J'ai vraiment dévoré les 500 quelques pages de ce livre jeunesse en à peine une journée et demie!! Plusieurs savent maintenant que j'ai un gros faible pour les récits initiatiques et les quêtes dans des mondes dépaysants! Ce roman a répondu à mes attentes pour tout ça!!

Eon est supposé avoir 12 ans et être un jeune garçon. Mais en fait, Eon est un "elle", et le "elle" en question a 16 ans et est infirme suite à un accident dont elle a peu de souvenirs. Et Eon repousse ce qui lui reste de féminité en elle le plus loin possible, pour l'oublier, la faire diaparaître. Son maître l'entraîne depuis plusieurs années après avoir réalisé qu'elle a un don très rare: pouvoir voir les 11 dragons. En fait, elle les voit tous sauf le dragon-Dragon, le dragon Miroir, qui a disparu depuis près de 300 ans.

Dans le monde d'Eon, les dragons sont en contact avec les humains par le biais des Yeux du dragon, qui jouissent d'un statut élevé et de beaucoup de pouvoir. Cette année est l'année où le dragon Rat doit choisir un nouvel apprenti et c'est pour cette raison qu'Eon s'entraîne, malgré son handicap à la jambe et à la hanche. Sire Ido, l'actuel Oeil du dragon rat, ne voit pas d'un bon oeil cet apprenti et des complots semblent se former contre l'empereur. Cette Chine irréelle où nous sommes emmenés est dépaysante à souhait, avec ses coutumes, ses hiérarchies, sa magie qui semble faire partie du quotidien et ses complots. Les apparences sont parfois trompeuses, qu'on pense à Eon, Dame Dela et Ryko (j'adore ces personnages... j'aime aussi le gros méchant mais ça, c'est pas nouveau!!). J'ai beaucoup aimé la ballade, j'en ai même rêvé!!!

Après une mise en place un peu lente, les péripéties s'enchaînent et j'ai trouvé l'histoire passionnante... j'ai eu du mal à le lâcher. On sent que l'auteur ose certaines choses et qu'elle ne va pas nécessairement vers les solutions faciles. Rien n'est idyllique, au contraire. J'ai aimé l'esprit d'ouverture, la quête d'acceptation de soi, le chemin parcouru par Eon pour l'honneur, pour l'amitié... Bref, une lecture qui m'a emballée!

Du coup, j'ai vraiment hâte de lire la suite!! Et même en anglais, elle n'est pas encore disponible alors je ronge mon frein!!!

Merci à Véronique des éditions Gallimard Jeunesse qui m'a fait parvenir ce livre! Une belle découverte!

Plaisir de lecture: 9/10

http://moncoinlecture.over-blog.com/article-35956254.html

Biblioblog
Éon le douzième dragon - Alison Goodman

Bienvenue dans l'Empire du Milieu.
Sa cour, son étiquette stricte, ses complots, sa facilité à condamner à mort, son monde en vase clos et ses dragons.
Cet univers, Eon va le découvrir bien malgré lui... Ou plutôt, devrais-je dire malgré elle...
Car c'est bien ce qui embête Eon.
Sa vie est un mensonge qu'elle s'efforce de dissimuler sous peine d'être condamnée à mort. Mais elle est précieuse pour l'Empire : pour elle, le Dragon Miroir s'est montré lors de la cérémonie des Yeux du Dragon. C'était la première fois en 300 ans... De quoi marquer l'événement. Et plus encore, le Dragon Miroir l'a choisie, elle, Eona, une menteuse, une moins que rien, fille de paysan, mutilée à la hanche, ce qui en fait une paria.
Et parce qu'elle a été choisie, elle se retrouve à la seconde place dans la hiérarchie de l'Empire. Avec le privilège d'assister à des cours avec le Prince ou de manger à la table de l'Empereur.
Mais bien sûr, cela ne va pas sans attiser les convoitises.
Et un secret n'est jamais à l'abri. Surtout à la cour des complots.

Que voilà une belle découverte !
Une auteur australienne qui a su m'enchanter et me faire plonger dans son histoire dès les premières lignes. Je me suis retrouvé propulsé dans ce monde qui ne m'est pas si inconnu grâce à d'autres lectures, mais avec une vision qui est bien particulière à l'auteur et j'y ai pris un plaisir immense.

Déjà, lorsque l'on voit l'ouvrage, c'est un superbe objet. La couverture est magnifique, avec des reflets irisés et une image légèrement en relief. Elle attire forcément l'oeil. Et une fois entré dans l'histoire, impossible de faire marche arrière.
Il s'agit d'un ouvrage jeunesse mais qui se lit très agréablement pour les plus âgés aussi. Une histoire de quête d'identité, d'amitié, de loyauté. Certains penseront certainement à la saga d'Eragon mais je vous rassure, ça n'a vraiment rien à voir. L'accent est mis sur le personnage d'Eona, ses peurs, ses choix (j'ai eu plusieurs fois envie de rentrer dans le roman pour l'empêcher de faire certains choix dramatiques. Mais bon, sans ça il n'y aurait pas d'histoire...) et ses erreurs.
Les descriptions de la cour impériale et de l'étiquette qui s'y applique m'ont enchanté. Foin de mots compliqués ou de passages obscurs. Eona étant novice, tout comme nous, tout est expliqué. C'est clair et c'est concis. Rien à dire de ce point de vue.

L'histoire m'a vaguement rappelé La Nuit des Rois de Shakespeare et plus proche de nous dans la fantasy, Les Royaumes de Tobin, de Lynn Flewelling... L'obligation de cacher cette féminité honnie dans un monde qui la rejette. Pire encore, puisqu'Eona doit en plus assumer son infirmité et supporter les quolibets et les injures. Voire les coups. Forcément, le lecteur du XXIème siècle se révolte de ce traitement et attend une réaction de la part de l'héroïne, surtout au vu du pouvoir qu'elle semble posséder.

Ce qui m'a manqué durant ce premier volume est de mieux cerner le pouvoir des dragons, d'en apprécier l'étendue. Surtout celui du Dragon Miroir, décrit comme étant le plus puissant des douze. Mon regret est de n'en pas savoir plus sur le pourquoi du comment. Mais ce sont des questions de lecteur averti, qui viennent après avoir fini le volume. Durant ma lecture, en gros, hum... je devais avoir environ quatorze ans... C'est le genre de lecture qui me fait retomber quelques années en arrière et que je lis justement avec un plaisir décuplé.
Le petit bonus que je n'ai pas encore abordé, c'est qu'en plus d'être un ouvrage superbe et d'avoir une histoire qui tient la route pour un roman jeunesse, c'est une aventure qui est annoncée en seulement deux volumes. Donc ne reste qu'à attendre les quelques mois qui nous sépare de la parution du second volume pour avoir le fin mot de l'histoire.

En résumé, un ouvrage dépaysant qui nous amène dans un univers peu abordé en fantasy mais qui recèle bien des surprises notamment dans la qualité de la rédaction et du scénario. Il n'y a plus qu'à espérer que le second volume réponde aux questions soulevées dans ce premier opus et conclue magistralement cette superbe aventure.
Vous l'aurez compris, je suis définitivement fan !
Cœur de chene

http://www.biblioblog.fr/post/2009/10/10/Eon-le-douzieme-dragon-Alison-Goodman